CNT : Pour un président fédérateur

L’Assemblée ordinaire de la Confédération Nationale du Tourisme (CNT), tenue le 28 octobre à Casablanca, aura été l’occasion de discuter, entre autres, du devenir de cette corporation qui regroupe l’ensemble des métiers du tourisme, instance légitime de leur représentativité et défendeur des intérêts des professionnels. Comme le mandat de l’actuel bureau arrive incessamment à terme, le président en exercice Abdellatif Kabbaj, accélère le processus d’organisation et de structuration des fédérations qui ont besoin d’élire leurs nouveaux bureaux, avant la tenue de l’Assemblée générale élective du prochain bureau de la CNT. Il s’agit en fait de la fédération nationale des agences de voyages du Maroc et celle des restaurateurs.

Elles sont appelées chacune à s’organiser en 12 associations régionales conformément à l’esprit de la régionalisation, avant de procéder à l’élection de leurs bureaux représentatifs de leurs fédérations. A l’heure actuelle, 8 associations régionales des agences de voyages sont affiliées à la FNAVM, il reste 4 associations à structurer pour être en conformité avec les nouveaux statuts adaptés à la régionalisation. Quant aux restaurateurs, ils n’ont pas tenu leur assemblée depuis voilà sept ans, ce pourquoi Abdellatif Kabbaj, président de la CNT, à décidé de prendre les choses en main et de suivre de très près l’organisation de ce corps de métier, ô combien important pour la CNT. C’est donc un souhait clair de voir tous les corps de métiers du tourisme siéger avec force au sein de la CNT.

Aussi, la tutelle, à travers le Secrétariat d’Etat chargé du tourisme, émet le voeu d’avoir comme interlocuteur une confédération représentative de l’ensemble des métiers du tourisme. Ceci étant, on commence déjà à s’interroger sur le profil du futur président de la CNT. Presque à l’unanimité, dira-t-on, que celui-ci doit être un professionnel ayant la possibilité de fédérer, de rassembler, de réunir les professionnels autour d’objectifs bien définis, clairs et réalisables, de pouvoir partager avec l’ensemble des fédérations et corps de métiers du tourisme. Aussi, se doit-il d’avoir de bonnes relations avec la Fédération Nationale de l’Industrie Hôtelière, l’Association Nationale des Investisseurs Touristiques, les voyagistes, les restaurateurs, les guides …etc.

Mais tout porte à croire que les hôteliers, tout comme les investisseurs, influeront sur l’élection du futur président de la CNT et l’institution de son bureau.

Les premiers par le nombre de voix, les seconds par leur capacité de lobbying. Sans, bien sûr, sous-estimer les voyagistes s’ils arrivent à régler leurs différends et à sortir leur fédération de l’impasse. Tout dépend du respect de l’engagement de leur président actuel Amal Karioun, qui avait récemment déclaré officiellement lors de la dernière assemblée de la CNT, son intention de présenter sa démission lors d’une assemblée ordinaire qu’il aura à convoquer le 15 décembre prochain.

Le mérite de l’actuel bureau de la CNT avec, à sa tête Abdellatif Kabbaj, est qu’il perpétue les négociations entamées avec l’ex-ministre Lahcen Haddad et poursuit les efforts, avec l’actuelle administration de tutelle, jusqu’à faire aboutir le projet des contrats-progrès, dont la signature est prévue avant fin 2017. Aussi, les recommandations du Comité des Experts qui devraient être livrées très prochainement, constituant ainsi une plate forme pour une nouvelle feuille de route, et qui devrait par conséquent être soumise au ministère du Tourisme.

Il est plus que temps de mettre en place une CNT forte, représentative et crédible. Encore faut-il que l’ensemble des professionnels se mobilisent en vue de s’inscrire dans cette nouvelle dynamique, condition nécessaire pour la réussite de la mission du futur président, dont la tâche n’est pas du tout facile, un président faut-il le rappeler encore une fois, fédérateur, rassembleur, pertinent et pragmatique.

Source: http://tourismeetgastronomie.ma

Lien:  http://tourismeetgastronomie.ma/cnt-pour-un-president-federateur/