Gouvernance de la stratégie touristique: Après 18 ans d’attente, la 1re Fédération régionale voit le jour !

La première fédération
régionale du tourisme verra, enfin le jour, le 21 juin prochain à
Marrakech. D’autres suivront à raison de 4 par an. Prévues dans la
Vision 2010 puis 2020, ces instances régionales sont censées redynamiser
les Conseils régionaux du tourisme, suivre et piloter les principaux
chantiers et projets touristiques des régions.

C’est parti pour les Fédérations régionales du tourisme (FRT).
Ces instances régionales représentatives du secteur privé viennent
d’être activées depuis Marrakech, où a été lancée la première Fédération
de la région de Marrakech-Safi. Trois autres devraient voir le jour
cette année à Fès, Casablanca et Tanger. En 2020, ce sera au tour des
régions de l’Oriental, Rabat, Laâyoune et Sous-Massa de se doter de
leurs FRT. Celles des 4 autres régions seront programmées en 2021. Un
calendrier qui dépend toutefois «de la maturité de chaque région et de
la volonté de ses associations à se réunir en FRT», nous déclare Fouzi
Zemrani, vice-président de la Confédération nationale du tourisme.  Les
FRT ne verront donc le bout du tunnel qu’après 20 bonnes années, si tout
va bien. Elles étaient en effet prévues par la Vision 2010 déployée en
2001 et par la Vision 2020 actuellement en cours.

Mais quel sera le rôle exact de ces FRT, aux côtés des Conseils régionaux du tourisme (CRT) ? Y aura-t-il un risque d’interférence entre les deux entités régionales ? Niet, nous répond Zemrani. Au contraire, ces nouvelles fédérations qui siégeront au sein des CRT devront booster et dynamiser le travail de ces conseils régionaux, selon le responsable de la Confédération. Des CRT dont le rôle s’est quasiment limité à la seule promotion de la destination, ceci alors qu’ils sont censés, par exemple, piloter les plans de développement régionaux et suivre la politique touristique de la région avec les élus.  Rappelons, à titre d’exemple, que la Cour des comptes avait constaté dans un rapport, publié l’année dernière, un «très faible taux de réalisation», de moins de 1%, des projets prévus par les contrats programmes régionaux de la Vision 2020. «Dorénavant, les CRT seront forts, crédibles et plus représentatifs du secteur. Ils devront remplir pleinement leurs rôle et mission», estime Zemrani. Une manière de souligner que la CNT compte prendre le taureau par les cornes et enclencher enfin la régionalisation de la stratégie touristique. Un chantier qui devait être concrétisé à travers les «fameuses» Agences de développement touristiques (ADT), censées remplacer les CRT et CPT (Conseils provinciaux du tourisme). 
Sans surprise, ces ADT «ne seraient plus à l’ordre du jour», nous confie Zemrani. Maintenant, est-ce que ces fédérations vont réussir leur pari ? Rien n’est sûr, plusieurs paramètres entrant en jeu, notamment la capacité à faire adhérer les opérateurs de la région, leA niveau d’accompagnement du public, la représentativité des associations métiers, le budget des fédérations et sa composition… Autant d’éléments inconnus pour le moment et qui seront suivis de très près au niveau de la fédération régionale du tourisme de Marrakech-Safi dont l’assemblée générale constitutive est prévue le 21 juin prochain. 

Source: https://lematin.ma LIEN