Tourisme : La destination Maroc maintient sa résilience

Nonobstant une conjoncture internationale difficile, le tourisme marocain tire son épingle du jeu. Les arrivées ont enregistré une légère évolution de 0,4%, laquelle devrait se situer autour de 1,5 % à la fin de l’année. Les nuitées ont connu une progression de 2%, à fin octobre, qui devrait atteindre 2,5 % d’ici fin décembre. Les recettes du secteur ont atteint 59,47 milliards de dirhams à fin novembre 2016, contre 57 149 en 2015, soit une progression de +4,1%. Le taux d’occupation, en revanche stagne. «Mais c’est relatif», avance Abderrafie Zouitene, Directeur général de l’ONMT, lors d’un point de presse organisé à Casablanca le lundi 19 décembre.

Cette «performance» est à mettre au crédit de la stratégie de diversification des marchés. Ainsi, la baisse des arrivées des touristes sur certains marchés traditionnels, tels que la France, premier marché émetteur du Maroc, a été compensée par une progression notable sur d’autres marchés. C’est le cas de la Russie avec une évolution de plus de 124% entre avril et octobre 2016 ; Agadir à elle seule a enregistré une croissance de 300%. Idem pour le marché chinois, où l’on constate une évolution de près de 500%, puisque nous sommes passés de 800-1000 touristes à quelque 7000 touristes par mois. «La décision de suppression de visas prise par le Roi Mohammed VI a donné une impulsion nette, même s’il n’y a toujours pas de vol direct entre la Chine et le Maroc et même si c’est un pays qui est loin», a déclaré M.   Abderrafie Zouitene. Et de poursuivre : «La Chine est un marché très prometteur et les touristes chinois représentent une véritable manne pour le secteur.» Pour le DG de l’ONMT, cette tendance positive devrait se poursuivre pour 2017. L’ONMT table sur 100.000 touristes en provenance de la Chine en 2017. De même, le retour des touristes des pays du Golfe a également permis de compenser la baisse enregistrée sur certains marchés, avec une hausse de plus de 10%. Le marché africain connaît également une tendance haussière de près de 10%. Enfin, le tourisme national n’est pas en reste, avec une évolution de 10% à fin octobre.

Les campagnes de communication décalées, au même titre que la communication digitale, ont également permis selon le management de l’office de préserver l’image de marque du Maroc contre les amalgames et autres confusions liées au terrorisme, à Daech… L’ONMT a été plébiscité le 22 mars 2016 à Londres à l’occasion de la cérémonie annuelle de remises des trophées «TransformAwardsEurope2016», récompensant les campagnes les plus innovantes de l’année à travers l’Europe.

Concernant les perspectives 2017, M. Zouitène est assez optimiste. «Les tendances sur plusieurs mois sont positives, elles remettent l’industrie du tourisme à la tête des pourvoyeurs de devises avant les IDE, les MRE ou encore les phosphates. C’est dire que les indicateurs macro sont très résilients. La Tunisie est à -32 %, la Turquie -26 %.»

Toutefois, M. Zouitene estime que l’aérien devrait suivre pour poursuivre ce trend haussier. En effet, le manque de desserte de certaines régions ainsi que le coût des vols demeurent un frein majeur de développement du tourisme au Maroc. «Des régions demeurent insuffisamment desservies alors que les investissements réalisés sont très importants comme le Nord du Maroc, Agadir, Saïdia, Marrakech, Fès ou encore le Sud», constate-t-on à l’ONMT. L’ouverture de nouvelles lignes sur les différentes destinations marocaines à partir de 2017 devrait permettre, selon l’office, d’atteindre 231.000 sièges pour 57 fréquences hebdomadaires. Air Canada, fait partie des compagnies attendues en 2017 pour opérer des vols quotidiens.

L’autre élément important sur lequel mise l’office (sachant que de plus en plus de touristes privilégient internet pour l’achat de leur billet d’avion et l’hébergement) est la communication digitale. L’intensification des actions promotionnelles, à travers la refonte du portail de l’ONMT, un focus sur les réseaux sociaux et le développement de contenus adaptés, sont autant d’actions à même d’affiner la promotion du Maroc. Enfin, le tourisme de l’arrière-pays est aussi un levier important selon l’office ; des actions devraient être développées pour promouvoir cette niche.

«L’année 2017 aura certainement une évolution à deux chiffres à condition de résoudre le problème de l’aérien et de disposer d’un budget suffisant de promotion.» et de poursuivre «Le balnéaire peut booster le secteur, on peut facilement arriver à 20 millions de touristes si on investit dans 40 000 lits dans la région du Sud de Agadir, à Tantan», a conclu pour sa part M.  Kabbaj, président de la CNT.

Source: http://lnt.ma

Lien:  http://lnt.ma/tourisme-destination-maroc-maintient-resilience/